Maëva Mortier Ostéopathe D.O.

Le diaphragme, muscle de la vie

Le diaphragme est un muscle thoraco-abdominal qui joue un rôle prépondérant dans le fonctionnement de nos organes.

Le diaphragme, ça ressemble à quoi ?

Premier point, c’est un muscle et non une aponévrose ou une membrane. Il a une forme globale de parapluie, qui sépare le thorax de la cavité abdominale. En gros, il vous coupe coupe à deux. Il s’insère sur différentes structures :

Il est perforé par 3 « trous » qu’on appelle des hiatus :

On remarque déjà qu’il peut interférer avec la bonne circulation du sang dans notre corps.

Il fonctionne comment le diaphragme ?

Comme tout muscle du corps humain, il peut se contracter et se relâcher. On distingue deux mouvements possibles au niveau du diaphragme : un abaissement et une remontée (= retour passif).

L’abaissement du diaphragme = inspiration

Au moment de l’inspiration, quand l’air entre dans les poumons, les muscles intercostaux qui se trouvent entre les côtes vont se contracter. Les côtes vont alors s’écarter et s’élever. Le sternum va être pousser en avant. En parallèle, le diaphragme se contracte et va descendre en comprimant la cavité abdominale. Au lieu d’avoir une forme de parapluie, il devient plat. La cage thoracique gonfle.

Le retour passif du diaphragme = expiration

A contrario, lors de l’expiration les muscles intercostaux et le diaphragme se relâchent. Ils retournent à leur position initiale. Le diaphragme redevient creux, il remonte. La cage thoracique dégonfle.

Remarque : l’inspiration est un mouvement actif, c’est-à-dire qui consomme beaucoup d’énergie. L’expiration est un mouvement passif, donc pas de consommation d’énergie. On se fatigue moins en soufflant qu’en inspirant.

A quoi sert-il ?

On dit que le diaphragme est le muscle de la vie parce qu’il intervient dans le bon fonctionnement d’un grand nombre d’organe et dans le bien-être général.

La respiration

On a tous en tête les cours de biologie qui explique le passage de l’air : entrée par le nez ou la bouche, passage dans la trachée, direction les poumons et les bronches. Les poumons se gonflent d’air inspiré, la cage thoracique gonfle. Magie, magie, on respire !
Pas totalement dans le vrai nos cours de bio… Le moteur de la respiration n’est pas le poumon, mais le diaphragme ! Explications… La respiration est un mouvement inconscient et involontaire la plupart du temps (vus pouvez aussi contrôler votre respiration). C’est le cerveau autonome qui dirige la fonction RESPIRER :

C’est l’inverse pour l’expiration : le cerveau envoie la commande EXPIRATION, le diaphragme et les intercostaux se relâchent. La pression change, l’air est expulsé, la cage thoracique dégonfle. Vous expirez !

La mobilité abdominale

Pendant les mouvements du diaphragme lors de la respiration, les organes abdominaux sont soumis à rude épreuve. Quoique pas si dure et nécessaire. Lorsque le diaphragme descend à l’inspiration, il vient « écraser » les organes sous-jacents, soit principalement le foie et l’estomac. Ce met alors en place un incroyable mouvement de roue dentée :

Remarque : ce n’est pas la fiesta dans votre bidou ! Vos organes ne se baladent pas incognito. Il s’agit de mouvements très fins et peu amples.

Tout ça pour dire que le bon mouvement des organes permet une bonne santé :

Et pendant la grossesse ? C’est tout pareil sauf que vous avez un colocataire en plus qui vient écraser vos organes et votre diaphragme. Certaines futures mamans se plaignent de difficultés respiratoires, de troubles de la digestion et du transit ou de nausées. Il faut harmoniser l’ensemble des organes pour équilibrer la maman avec son bébé. L’ostéo vient libérer le diaphragme et les organes concernés pour soulager les nausées, reflux, constipations etc.
Et pour bébé ? Le diaphragme peut être « incriminé » dans les problèmes de hoquet ou de colites. En dehors d’une intolérance au lait, le bébé peut avaler de l’air en tétant, provoquant un hoquet ou des douleurs intestinales, appelées colites du nourrisson. En relâchant le diaphragme et en travaillant sur la tété, on soulage les plus petits.

Le stress

Au niveau de la partie basse du sternum se trouve le plexus solaire. Ce plexus nerveux joue un rôle prépondérant dans les signes cliniques du stress, tout comme le diaphragme :

En travaillant sur le diaphragme, on libère les tensions et les sensation d’oppression diminuent.

Un diaphragme en bonne santé, c’est un corps équilibré.

Pour plus d’info ou prendre RDV, n’hésitez pas à me contacter via le site internet ou la page facebook du cabinet.